/*Google Tag Manager*/
was successfully added to your cart.

Le tout nouveau Guide Alimentaire Canadien est enfin arrivé… après plusieurs mois, euh que dis-je, plusieurs années d’attente!

J’ai eu le privilège d’être présente à la conférence de presse lors du dévoilement officiel de ce nouvel outil clé en santé public et je dois dire que je suis ravie.

C’est avec plaisir que je vous partage à mon tour quelques petites réflexions sans prétention, car plusieurs m’ont posé la question sur ce que je pense du nouveau Guide en tant que nutritionniste et spécialiste de l’optimisation santé en pleine conscience.

 

Les points forts

  • Honnêtement, la simplicité est clairement au top. C’est très concret et clair en ce qui a trait à la façon d’organiser nos assiettes ou composer nos repas. Ça donne un bon point de référence sur le ‘comment’ (manger sainement) sans avoir à se casser la tête.
  • On met de l’avant la répartition des aliments aux repas; on mise dorénavant sur la proportion. Vous remarquerez donc qu’il n’y a plus d’indications en ce qui a trait aux portions à consommer concernant les divers groupes alimentaires. À mon avis, il est logique de délaisser le concept de portion ici, puisque le but premier de cet outil est de guider le grand public dans la création de saines habitudes alimentaires. Chaque personne étant unique en ce qui a trait à ses besoins nutritionnels, les gens désirant plus de précision ont simplement à foncer et prendre RDV avec une nutritionniste professionnelle pour personnaliser davantage, déterminer les quantités à viser et aller plus en profondeur. La priorité en santé publique est de mettre de l’avant des concepts crédibles, des lignes directrices pour aider les canadiens à prendre de meilleures décisions pour leur santé, et non pas d’entrer dans un grand niveau de précision.
  • L’efficacité visuelle est un aussi un point fort. Les images parlent clairement et c’est invitant. Les aliments de l’assiette on l’air bons. On voit que la couleur est au menu et que les fruits et légumes colorés devraient occuper la moitié de l’assiette.
  • Il est moins directif et plus inclusif. Par exemple, dans la section ‘protéines’, on peut choisir divers aliments constituant de bonnes sources de protéines selon nos goûts et pas absolument tel ou tel autre aliment 😉 Que je sois végétalien, omnivore ou simplement désireux de modifier mon alimentation pour le mieux, ça peut fonctionner. Il suffit ensuite de personnaliser le tout de façon encadrée par un professionnel si on désire aller plus loin.
  • On invite les gens à considérer l’alimentation dans sa plus grande expression et non pas juste de façon réductrice aux nutriments ou aliments à prioriser. On parle de prendre le temps de cuisiner, savourer les repas en bonne compagnie, planifier, prendre conscience de nos choix, bref on aborde les comportements et la psychologie de la chose – volet qui est tellement important aussi.

Source : https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/

Bien entendu, rappelons-nous que le guide demeure un outil d’enlignement; un guide, ça sert à guider 😉

Bien sûr, lorsque vous travaillez avec une nutritionniste professionnelle, on plonge en profondeur et nous sommes en mesure de vous guider de façon ultra personnalisée et cohérente avec votre style de vie et ainsi savoir comment surmonter les défis rencontrés (pour avoir les résultats souhaités, de façon durable).

Avec mes clients, nous allons beaucoup plus en détails et j’ai bâti des dizaines de ressources clés pour faciliter le changement et personnaliser le processus d’optimisation nutrition.

Ceci dit, je suis tout de même heureuse de constater les nouvelles lignes directrices mises de l’avant par Santé Canada dans le nouveau Guide Alimentaire.

Cela aidera grandement la population, surtout considérant le fait que l’ancien guide était plutôt dépassé (il datait de 2007) et que personnellement… je n’y ai jamais eu recours en pratique privée (j’ai développé mes propres guides d’action basés sur mon expertise clinique!)

 

Vous vous demandez pourquoi cela a pris autant de temps avant de sortir la nouvelle version?

Eh bien je crois que c’est simplement par désir de bien faire les choses! De prendre le temps de faire le tour de la science, tout en intégrant le public aussi dans les discussions et surtout de nombreux groupes de focus avec des dizaines de nutritionnistes-diététistes de partout au pays. Rappelons le fait que des dizaines de rapports scientifiques indépendants ont été utilisés afin de se fier sur la science la plus actuelle possible et les données probantes pour établir les nouvelles recommandations.

Je dois dire que mes collègues professionnels de la santé, en collaboration avec Santé Canada et toutes les organisations impliquées, ont fait un travail remarquable.

Ce nouvel outil servira très bien son but : outiller, GUIDER, les gens vers une alimentation plus saine, non seulement en ce qui a trait au choix d’aliments dans l’assiette mais aussi en ce qui a trait au contexte alimentaire, ainsi qu’au fait de veiller à prendre plus conscience de nos choix au quotidien.

C’est exactement ce que l’on prône, nous, les nutritionnistes-diététistes, seuls professionnels de la santé experts en alimentation humaine et possédant une formation universitaire reconnue.

 

N’hésitez-pas à visiter le site de Santé Canada pour tous les détails et outils entourant le tout nouveau Guide :

https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/?utm_source=outreach-fr&utm_medium=email&utm_content=target-stakeholders&utm_campaign=foodguide-19

 

Bien sûr, pour un suivi personnalisé en nutrition, cela me fera plaisir de vous offrir mes services professionnels.

Bon succès!

Voici le Guide Alimentaire Canadien juste ici (pdf) :

https://guide-alimentaire.canada.ca/static/assets/pdf/CFG-snapshot-FR.pdf

 

Cheers à votre santé!

Je vous aime,

Anne-Josie xx

Messages
Share via